TOXIC ALGAL BLOOM
2021 (WIP)

Partenaires : Hélène Hégaret (Laboratoire des Sciences de l’Environnement Marin – LEMAR) & Pauline Hégaret.
Exposition DEAR 2050 – Climanosco – Zurich, Décembre 21 – Janvier 22
L’acidification de l’océan a atteint un niveau sans précédent, ces changements biochimiques ont des impacts sur les écosystèmes et sur le dérèglement climatique. Algal bloom montre une expérience en aquarium où des algues toxiques colonisent les écosystèmes marins. La prolifération dépend de l’acidité, des polluants (nitrates, phosphates, etc…), de l’exposition à la lumière, de la température, de la salinité… La variation de ces paramètres en culture montre le comportement des algues et leur développement. Ce processus de prolifération et de coloration est perceptible dans ces tableaux vivants et évolutifs.

Algues introduites : Dunalliela 200mL, Porphyridium 200mL, Alexandrium 60mL, T-isodrisis galbana (Clone tahitien) 20mL
Accéléré x 60

Des vidéo présentent des tableaux vivants composés de micro-algues colorées. La coha- bitation d’algues toxiques, de différentes espèces ainsi que des algues non toxiques pro- voque une compétition biologique visible à l’œil nu et en accéléré. A ce mélange d’algues sont ajoutées des particules permettant la fertilisation des océans que les projets de géo-ingénierie expérimentent dans l’atmosphère pour tenter de résoudre les problèmes liés au dérèglement climatique. Une des solutions proposées par la géo-ingénierie est d’augmenter la biomasse des organismes fixateurs de carbone pour stimuler la photo- synthèse produite principalement par le phytoplancton des océans. Mais ces projets ont des effets secondaires qui peuvent perturber l’équilibre des écosystèmes. L’ambiguïté d’un tel processus est visible dans un aquarium à petite échelle et nous laisse le temps d’imaginer ce comportement à plus grande échelle.