ATELIER Fictions atmosphériques

Atelier au Lycée Georges Brassens d’Evry de Mj Bourgeois et B. Antoine-Lœff

Création collaborative de : Alix, Blandine, Christen, Ivana, Jérémy, Lena, Maëlle et Marie.
Avec l’aide et le soutien de Philippe Chicault et Noé Brand.

Atelier de création d’affiches et affichage sauvage à l’Université d’Evry.
https://nosmeteores.wordpress.com/fictions-atmospheriques-ateliers-de-creations-visuelles/


EXO colonies
Atelier développé avec les participants de la Maison Populaire de Montreuil : Céleste, Hélène, Maryse et Sébastien. Grâce à la participation de Mathieu du Poplab, Floriane et Juliette pour l’affichage sauvage invasif et Milo, notre plus jeune colon (8ans). Exposition sauvage à partir du 6 juin 2019.

 

Création de la marque et du logo EXO, Création et détournement d’affiches, de symboles, de légendes, de film, de musique, de manifeste… et déclaration d’indépendance de la colonie

 


L’expo des colons : la Mission Populaire du 13 au 23 Déc. à la Maison Populaire de Montreuil
Exposition hologramme, affiches et 3Dprint – Atelier de bidouille numérique de Vincent Roudaut

 


ATELIERS Mapping vidéo
Cours Connaissance de la création numérique : Animation, projection et mapping vidéo
École Autograf – Vidéo Game Artists – depuis 2015

Tree powerIce Power
de Antoine & Kevin


Oculus I et Oculus II
de Quentin et Kilian

Hologramme de Tasia et Laurine

Renaissance virtuelle
de Raphaël et Andy

RGB-BOUM
from Leo

amel_LD
Masks
de Amel

Alexis
Cyber Coeur
de Alexis

IMG_4423 IMG_4421 IMG_4422

Power(s)
de Geoffrey

IMG_0428

Cyber Bot
de Dylan


ATELIER Performance collective sur une semaine 2018

É.K.O est une installation précaire et une performance collective organisée dans le cadre du workshop Archiculture entre architecte, artiste et étudiants de l’école d’architecture ENSA à Nantes du 22 au 25 mai 2018. À partir de matériaux de récupération, dans une temporalité courte (4 jours) et avec une économie de moyen, nous avons élaboré une intention plastique collectivement, investis le lieu, construit un abris dans lequel nous avons proposé une performance sonore, visuelle et gestuelle avant l’incident final.

La performance É.K.O a lieu au sein d’un abri qui prend vie progressivement selon un vocabulaire sonore et lumineux interrogeant la précarité de l’habitat et des problématiques de sur(vie) des zones temporaires, autonomes et engagées selon les contextes politiques. L’installation interroge la porosité des espaces partagés, des conditions d’accueil et de vie dans ces structures à bas coût, rapidement montés et démantelés dans un contexte socio-politique sous tension. Le collectif a suivi les enjeux démocratiques d’un projet à plusieurs selon des compétences pluridisciplinaires et sans moyens. Cette œuvre humaine fait écho aux systèmes d’urgence dans la rapidité de son montage (24h), dans la précarité de son infrastructure jusque dans sa fragilité. L’incident survient. L’abri part en fumée, alertant sur sa raison d’être et sur ses moyens de résistance. La fumée, comme moyen de communication à distance et ancestrale, signale l’urgence de considérer ces revendications avant l’explosion.

  

Performeurs : Sarah Pasquier, Julien Couvert, Morgan Brisoux, Benjamin Gallis, Estelle Lecuyer, Guillaume Moniert, Nathanaële Laurent et Marie-julie Bourgeois.
Avec la participation de : Adrien Lienard, Marion Rouillon, Francesca Varotto, Lucas Auton, Paul Allard, Noée Geindre, Tanguy Peresse, Quentin Clément et Laurène Morenval.

Performance 14′

   

  

Affiche et communication de la performance :

Le montage et le démantèlement :


ATELIERS GIF animés, Evry

Jour/Nuit par Sophie, Charles et Léa

Triptyque réalisé par Perrine, Cyril et Alizé

La séparation par Sophie, Charles et Léa


ATELIERS Hyperold

Atelier réservé aux + 77ans, exploration & création numérique
Maison Populaire (Montreuil-93)
2014-2015

Mapping Masquées

imageRMM

image image-2 image-1 hilly2 hilly image2 Voyage virtuel par webcam au paradis

photo-3

Marie-Louise à Cape Town en Afrique du Sud

photo-1 photo-2 photo-6Evelyne à La Palma aux Canaries / Jacqueline à Rome devant la Basilique St Pierre / Lisette devant la plage de Palma aux Canaries

Lorgnette augmenté

photo-22 (1)

Visite d’expo et Atelier GIF

 expoMaisonPop

Poèsie binaire
« Il y a pas longtemps que j’ai rencontré monsieur wifi sur le port du midi. on avait du mal à se comprendre car il parlait un langage qui venait de l’ile de java. il était sympa car il me proposait de naviguer et de surfer sur les vagues seulement je craingnait les pirates. chose dite chose faite. de mon coté, mon idée  était de monter sur le cheval de troie sur le chemin câblé envahi de souris. l’alimentation de la machine etait coupée, pour ne pas dire écrasée, aussi il fallait fair appèl, par mail a un site internet qui me fusionnait a un document. »
Poème d’Hildegard, 2015

« Je cherche le surfer qui navigue sur l’eau qui a l’accès wwwifi par les ondes. Qui est ce pirate qui clique et qui glisse ? Il parle le langage de java il aime faire la fête aller au restaurant où il déroule le menu tapis de la souris. »
Poème de Lisette, 2015


ATELIER Création collaborative sur une semaine, 2011

5 Azimuth est un cadran nocturne artificiel, Cette installation ont été réalisés en collaboration avec les étudiantes indiennes du NID (National Institut of Design), Tanvi Sonavani et Prerna Sunderaman au sein du Workshop LIGHT : Paris-Ahmedabad, organisé par Nathalie JUNOD-PONSARD. Exposition le 4 Mars 2011 au Solarium.

Techniques mixtes : Par Cans sur pieds, gélatines, tables, console de mixage, rubans adhésifs.

5 Azimuth est un cadran solaire nocturne. À partir du coucher du soleil, l’ombre du cube est dessinée par des projecteurs dans la continuité de la course du Soleil. 5 Par Cans sont disposés en courbe à l’endroit où se trouverait le « soleil artificiel » et s’allument en fondu à partir de 18h10 puis 19h, 20h11, 21h30 et jusqu’à 22h02. La sculpture représente les arrêtes d’un cube et permet de distinguer son ombre projeté au sol. Dès le début de la journée, les ombres ont été tracées toutes les heures alternativement avec des rubans adhésifs colorés. Ce rythme se prolonge de nuit avec les filtres de couleurs sur les projecteurs qui colorent artificiellement les ombres. Cette installation in situ évoque un « temps naturel » par opposion à un « temps artificiel » apparu avec la fée électricité et qui jonche nos rues régulièrement à travers nos lampadaires modernes. Ce décalage spatiotemporel renforce la distance de l’homme à son environnement mais permet un continuum technologique poétique.

Mixed medias : 5 Par Cans on tripod, filters, 2 tables, mixing table, tapes.

5 Azimuth is a night sundial. From the sunset, the shadow of the cube is drawn by projectors in the continuity of the Sun path. 5 Par Cans are arranged in a curve at the location of the « artificial sun » and fade from 6:10 p.m. to 19:00 p.m., and 8:11 p.m., 9:30 p.m. until 10:02 p.m. The sculpture represents the edges of a cube and can distinguish its shadow projected on the ground. All day long, the shadows were drawn every hour alternately with colored tape. This pace continues at night with the color filters on the projectors to color unnaturals shadows. This in situ installation evokes a « natural time » as opposed to an « artificial time » appeared with the magic of electricity and that litter our streets regularly through our modern streetlights. This discrepancy reinforces the spatiotemporal distance between man and his environment, but allows a continuum of technological poetics.